image

 

Le système houlomoteur : cette technologie s’apparente à un serpent de mer mécanique qui utilise le mouvement des vagues, la houle, pour articuler un ensemble de cylindres et produire de l’électricité via un vérin hydraulique et une turbine. L’intérêt de l’énergie houlomotrice repose sur sa simplicité d’installation (pas de fondation).

L’Energie Thermique de la Mer : cela consiste à exploiter la différence de température de l’eau entre la surface et les profondeurs. Cette technologie qui permet de produire de l’électricité et du froid pour la climatisation est particulièrement intéressante pour les zones tropicales.

L’hydrolien : cette énergie nécessite la mise en place d’une turbine sous-marine qui utilise l’énergie cinétique des courants marins pour créer une énergie mécanique transformée ensuite en électricité par un alternateur. Relativement peu encombrante (en comparaison avec les éoliennes), l’hydrolienne tire parti du caractère renouvelable et prédictible de sa source.

Le biofuel : il s’agit d’un processus de production d’algo-carburant à partir de la culture de micro algues. Cette technique couvre l’ensemble de la chaîne de production depuis la culture des algues dans des bassins prévus à cet effet, jusqu’à la production de carburant ; elle présente des perspectives de rendement bien supérieures à celles des plantes terrestres.

Le marémoteur : l’énergie marémotrice fonctionne sur le principe de la retenue d’eau (à l’image des moulins à marée d’autrefois) et utilise la différence de niveau entre deux masses d’eau. A l’heure actuelle, l’usine marémotrice installée dans l’estuaire de la Rance est une des rares installations en fonctionnement dans le monde. Depuis la fin des travaux en1966, l’usine marémotrice de la Rance est restée longtemps la plus importante au monde, jusqu’à la construction de la centrale de Sihwa Lake en Corée du Sud en 2011.

L’osmotique : actuellement très peu exploitée, cette source d’énergie utilise la différence de salinité entre l’eau de mer et l’eau douce pour générer une différence de pression, elle-même transformée en électricité par un système de membranes.